La guerre continue



Et oui, ils remettent ça! Rappelez vous cet article de La Vie Moderne fin 2010 à propos des deux festivals espagnols de l'hivers : Le "Purple Week-End" et "The Beat Goes On". 
Les protagonistes maintiennent leur mésentente en organisant ces deux événements aux mêmes dates : du 2 au 5 décembre 2011. 
Comme si ça ne suffisait pas, les hostilités commencent dès les soirées de présentation qui auront lieu le même jour, ce samedi 5 novembre! 
Voici le détail des programmations, à Gijòn et à Léon, deux magnifiques villes que sépare seulement 1h30 de route. 


Programme du 5 novembre :


Les anglais de Trouble & Tea, qui organisent The Beat Goes On à Gijon dans les Asturies feront jouer les allemands The Montesas au Monkey Club. Le concert sera suivi des DJ sets de Lolo Pop-Think-in! (Coruna) et de Juan Carlos Yéyé (Madrid). Entrée : 15€


De son côté, la mairie de Léon fait appel aux Beat Seeking Missiles suivi d'une all-nighter avec le fameux Jorge Explosion et d'autres DJs. Entrée : 5€




Programme des festivals du 2 au 5 décembre :


The Beat Goes On fera jouer des groupes "10% made in Spain" : Stanley Road, Brand New Sinclairs, The Canary Sect, Os Chavales et The Blackbirds. Côté DJs, ce sera plus européen avec : Rob Bailey, Mary Boogaloo, Jamie Parr, Diego Glofo, Lluis Cardenal, Miguel Ygarza, Dimples, Go-Gorostiza, Sergio Pop Think In! et Giorgio Birdman, Borja Ontherun, Mr Anello et Félix A. Limana. 
www.euroyeye.es


Pour le Purple Week-End, il y aura les Buzzcocks, The Lambrettas, The Barracudas, The Masonics, Les Terribles, Al Supersonic & The Teenagers, The Frowning Clouds, Roy Ellis & Transilvanians, The Jaybirds, The Canary Sect, Imperial Surfers, Groovy Uncle, The Wicked Whispers, et The Go! Freaks. Le reste de la programmation restant à confirmer...
www.purpleweekend.com






1 commentaire:

  1. Ahahah, les vieilles querelles fractionnelles entre mods....Dommage pour ceux qui voudraient assister aux deux événements,mais si on compare au ron-ron de la scène moderniste à Paris,au moins ça montre une scène vivante.

    Karl

    RépondreSupprimer